Mentions légales – Références professionnelles – Liens partenaires

Mentions légales :

statut de micro-entreprise

directeur de la publication

Alain PIERRE  9 imp. des jardins  66210 Bolquère

contact@artiguesdiag.com  Tel: 06 225 62 445

Entreprise Individuelle ARTIGUES diagnostics immobiliers

Siret n° 338 670 482 00029 RCS Perpignan  Facturation sans TVA

Site hébergé par : o2switch Clermont Ferrand 04 44 44 60 40

Par rapport à la nouvelle RGPD, nous ne collectons aucune donnée à travers ce site.

Qui plus est, nous conseillons à nos visiteurs de supprimer tous les cookies, l’historique de navigation et le cache, à chaque fermeture du navigateur. Ce nettoyage peut se faire, par exemple, manuellement, ou encore si les options sont bien paramétrées, se faire automatiquement, ou enfin à l’aide d’un logiciel dédié.

Références professionnelles :

Responsabilité Civile Professionnelle n° 181.258.909

par GAN ASSURANCES 8-10 Rue d’Astorg Paris 75008

Titre professionnel DTI3301 par DEKRA Certification SAS

5 avenue Garlande 92220 Bagneux

Attestation PCR 2018/02/84 par Auditins Le Mans

Positionnement géographique

Nous réalisons les diagnostics immobiliers obligatoires en cas de vente, de location ou pour d’autres motifs, dans le département des Pyrénées-Orientales, en particulier sur sa partie ouest entre Perpignan et Bourg-Madame en Cerdagne. Nous intervenons également dans le département de l’Ariège, notamment dans le secteur entre Foix et Ax-les-Thermes et entre Foix et Lavelanet. Enfin nous opérons dans le département de l’Aude, principalement entre Carcassonne et Quillan, et dans la Haute Vallée de L’Aude.

 

Artigue

Essart

Résumé :

Parcelle de terre, antérieurement couverte de bois, qu’on a préparée pour la culture, en enlevant les arbres et en brûlant les broussailles ou le bois en tas qui après sont dispersés pour que les cendres servent d’amendement.

Exposé :

La pratique :

Parcelle de terre, antérieurement couverte de bois, de maquis, etc, préparée pour la culture temporaire selon un système élémentaire de défrichement. Dans les temps plus anciens, on abattait les arbres, les arbustes, etc, on les brûlait et on en répandait la cendre comme amendement; plus près de nous on se limite à brûler seulement la broussaille. Les artigues étaient cultivées généralement seulement quatre ou cinq ans, jusqu’à épuisement du sol, et ensuite abandonnées; quand, au bout de quelques années, la végétation spontanée du lieu l’avait de nouveau occupée, on répétait l’opération.

Les contraintes :

La pratique de faire des artigues, encore en vigueur dans certains endroits, s’est beaucoup généralisée dans les zones montagneuses et boisées des Pays Catalans jusqu’au XIXe siècle, spécialement durant les périodes d’intensification et d’extension agraire.

Les acteurs :

Deux formes d’artigues ont été les plus courantes : les artigues de petites parcelles sur les terrains communaux proches des villages, concédés temporairement, et les artigues pratiquées en zones dépeuplées, communales, usurpées par des montagnards pauvres ou des bergers, ou distribuées à des journaliers sans ressources. Cette dernière forme constitue une forme caractéristique d’agriculture itinérante. L’actuelle conception de l’agriculture, et aussi la nécessité d’éviter l’érosion des sols, que parfois l’artigue favorisait, ont fait de cette pratique un recours inhabituel.

Faire une artigue :

Transformer une parcelle de bois, de maquis, etc, en artigue.

 

Réseaux Sociaux :

Facebook               Google+              Twitter

 

Liens Partenaires :

 

Plan du site :

Accueil    Tarifs    Villes    Quels diagnostics?    En détail

Certificat de compétences    Flyer    Català    Mentions légales